mercredi 30 juillet 2014

Gâteau froid aux framboises...

Ce matin, belle récolte de framboises - autant des rouges que des noires (eh non, les noires ne sont pas des mûres). Il y en a tant, cette année!



Comme elles étaient très mûres, j'ai décidé d'en faire un dessert pour ce soir. Dessert, donc.

Dans un plat de pirex, un sachet de biscuits Graham (si vous voulez rire un peu, allez lire l'histoire des biscuits Graham sur Wikipedia) écrasés avec un peu de beurre fondu et une cuiller à soupe de cassonade.



Sur le dessus, ajouter un mélange de fromage à tartiner (ou de Mascarpone, selon les moyens de votre portefeuille) mélangé avec une demie tasse de sirop d'érable.



Pour finir, ajouter les framboises couvertes d'un peu de sirop d'érable. Laisser reposer au frigo pendant au moins une heure.



Bon appétit.

En passant, ne vous laissez pas tenter : le dessert se mange à la fin du repas...

mercredi 23 juillet 2014

Le chien rose du kilomètre 134

Il y a quelques années, à la faveur d'un déplacement à Sorel par la 30, j'ai aperçu une drôle de chose quasiment au sommet d'un pin, en bordure de l'autoroute, direction Ouest.


Les branches du conifère avaient été coupées, au-dessus et au-dessous. Et la chose rose avait été attachée. Éléphant rose pour conducteurs éméchés?



Les années passant, à force de me tordre le cou pour voir ce dont il s'agissait dans l'immanquable contre-jour, j'ai fini par réaliser qu'il s'agissait d'un chien.

Il a essuyé plusieurs hivers, plusieurs tempêtes, plusieurs journées de soleil cuisant, et il est toujours là, attaché au tronc quasiment dénudé – des petites branches commencent maintenant à pousser à même les bras coupés, que voulez-vous la vie est increvable!

La personne ou les personnes qui l'avaient installé avaient ensuite coupé les branches qui le surplombaient et celles qui auraient permis de l'atteindre pour qu'on ne puisse pas le déloger.



J'ignore qui a fait cette blague, mais elle me fait toujours sourire quand je passe. Comme une copine le signalait : la colonie de vacances des Grèves n'est pas bien loin et a dû, à un certain moment, héberger les plaisantins.

Ma petite-fille aime beaucoup le chien rose et elle aimerait bien que son grand-papa, en qui elle a une confiance inébranlable, aille le lui chercher pour qu'elle le voie de près.

Alors que je lui expliquais que le chien était probablement aussi grand qu'elle, et puis bien trop haut pour qu'on puisse aller le récupérer, elle a rétorqué, avec une assurance indémontable, que son grand-papa pourrait, lui, avec une très très grande échelle, haute comme le ciel.

La foi, ça doit ressembler à ça!

En attendant qu'un grand-papa aille décrocher cette nouvelle sorte de Lune, on peut toujours continuer de sourire en l'admirant, entre les kilomètres 134 et 135.

Et vous, vous l'avez vu, le chien rose?












mercredi 1 août 2012

Le cassis, une année record



Les framboises rouges, les framboises noires, les groseilles, les fraises ont été rares cette année. Nous en avons eu, mais peu. Assez pour faire quelques gelées. Nous avons partagé les gadelles et les merises avec les oiseaux. Les mûres et les cerises de terre annoncent qu'elles aussi se laisseront désirer cette année.

Mais.

Nous n'avons jamais tant vu de cassis. Par le passé, je crois qu'au mieux nous avons récolté deux kilos. Cette année, avec des fruits beaucoup plus petits en raison du manque d'eau, mon mari et mon fils en ont ramassé plus de trois kilos, par une chaleur accablante. (Merci, merci, merci!)



Ce qui m'a permis d'en faire quinze bocaux de 250 ml.

Nous n'avons pas pu résister et nous en avons mangé un 125 ml. Mioummmmm!






jeudi 21 juin 2012

Derniers jours pour les asperges

Le temps des asperges achève; en théorie, la fenêtre se referme le 24 juin. Encore deux ou trois jours pour avoir la possibilité d'en profiter tout l'hiver!




Depuis que je cuisine, j'ai tenté plusieurs méthodes de conservation. Je les ai apprêtées en conserves, mais je trouvais qu'elles perdaient en goût en en croquant.

Je les ai blanchies, asséchées puis congelées à l'unité avant de les ensacher. Mais je suis devenue paresseuse.

Et maintenant, je les lave, les assèche, les pèse pour en faire des bottes de ,5 kilos, je pèle la base et je les mets en sacs de plastique sans air.

Je vous recommande de les consommer avant le mois de mars, pour qu'elles conservent toute leur saveur. Préparez de plus petites bottes pour ne pas ouvrir et refermer le sac d'asperges congelées ce qui finit par conférer un goût de plastique et faire du frimas. Chaque botte dans son propre sac.

On peut laver assécher et réutiliser les sacs de plastique sans problèmes, ce qui évite d'en racheter.

Le principal étant de les mettre à cuire alors qu'elles ne sont pas encore dégelées. Elles garderont ainsi toute leur fraîcheur.





Je prends les miennes chez Juan et Lucie Diez, sur le rang du Brûlé à Saint-Antoine-sur-Richelieu.

Bonnes asperges! Vous m'en direz des nouvelles!