vendredi 9 octobre 2009

Promenade d'automne

Hier après-midi, j'ai profité du soleil - froid - qui se montrait enfin pour aller voir au boisé si l'automne était arrivé. Les feuilles craquaient sous mes pas; les cris des outardes étaient assourdissants. J'ai fait tout le bruit que j'ai pu en marchant pour qu'elles s'envolent dans ce bruissement soyeux d'ailes qui me transporte chaque fois. Je n'aime pas les déranger, mais je préfère encore les déranger que de laisser les chasseurs s'amuser à leurs petits jeux.

Je suis retournée au potager où j'ai eu encore quelques belles surprises : les fleurs de soucis, de capucines, de lin, d'œillets d'Inde, de bourrache. de giroflées s'éclatent maintenant qu'elles ont quasiment toute la place!



J'ai hésité puis décidé de laisser encore pour quelques jours les Marina di Chioggia, Butternut, cerises de terre. Avec les herbes hautes qui entourent le potager devant la grange, et les arbres qui entourent celui derrière la maison, le temps est encore assez doux pour les plants.


J'ai enlevé tous les tuteurs des tomates, libéré le tipi à concombres de sa couverture de feuilles mortes, rentré les derniers haricots canneberges.

Il reste encore tout plein de citrouilles à ramasser (j'ignore encore ce que je ferai de tout ça), de potirons, des pommes de terre, des tomates en assez grande quantité pour emplir, je dirais, une quinzaine de bocaux, des bettes à cardes et des céleris qui connaissent cette année leur plus glorieuse année, des cerises de terre que j'ajouterai aux gâteaux et aux muffins. Oh! j'oubliais! j'ai trouvé deux magnifiques poireaux qui s'étaient cachés sous le tipi à concombres!

Que la terre est généreuse!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire