vendredi 22 janvier 2010

La société des plantes et Terra Edibles


Sitôt Noël passé, alors que l'impression que les jours ont commencé à allonger n'est pas encore tenace, je recommence à penser au potager. Cette année, je n'ai même pas tenu jusqu'en janvier.

J'ai fait le tour de mes semences, commencé à réfléchir au plan du potager (que convient-il de faire, par exemple, avec les plants de Marina), aux espèces de tomates que je sèmerai.

Avant de connaître la Société des plantes de Kamouraska, je commandais toujours chez Terra Edibles, un petit semencier bio et patrimonial d'Ontario. Je continue, parce que je trouve capital pour la biodiversité que les petits semenciers continuent d'exister et d'enrichir nos jardins. Mais il y a maintenant la Société des plantes qui m'intéresse beaucoup.

L'an dernier, j'avais essayé les tomates Principe Borghese que nous avons adorées! Faciles, pas de maladies, très généreuses. J'ajoute la variété Stupice cette année; une tomate précoce. Et puis je me suis laissée tenter par les variétés Amish et Opalka (en essai de remplacement des Romanelle et des San Marzano).

J'ajoute une nouvelle sorte de laitue, la Mascara au feuillage feuille de chêne. Et j'ai repris les petits pois Cascadia - les meilleurs que nous ayons jamais mangés! J'ajoute des haricots secs de toutes sortes, parce que les différents haricots ont été de véritables révélations l'an dernier. Si vous avez envie d'un joli haricot rouge, je vous recommande le haricot canneberge de la Société des plantes. Je vous donnerai des nouvelles du haricot Thibodeau du comté de Beauce. J'essaie aussi d'autres variétés de courges maintenant que nous les connaissons un peu mieux. Je vous en reparlerai.

Deux nouveaux melons la saison prochaine : le Sugar Baby, un petit melon d'eau tout rond, et Cream of Saskatchewan, un melon qui aurait été apporté par des immigrants russes. Si vous saviez comme nous aimons manger nos sorbets de melons en janvier, vous en rêveriez!

J'ai essayé toutes sortes de carottes, mais la préférence revient toujours aux nantaises, alors je n'ai pas cherché de midi à quatorze heures cette année.

Depuis les buttes je n'avais plus de lavande et ça me manquait. Bien sûr, il en reste encore dans la maison, dans les tiroirs, les armoires, la lingerie - où elle sent pas mal meilleur que les boules à mites! Mais il n'y avait plus de lavande au jardin depuis deux ou trois ans - à la suite d'un tour de motobêche malencontreux, problème qui ne devrait pas se reproduire en raison de la culture sur buttes. J'en remets cette année. Il y en aura aussi dans la niche de Kellie et dans les niches des chattes : elle éloigne les petites bêtes de corps de nos amis à quatre pattes!

J'essaie une nouvelle variété de betteraves. Quand vient le temps de les récolter, j'ai toujours un million de choses à faire, et je passe tout droit. En fin de saison il m'est arrivé de sortir de terre des betteraves un peu trop grosses, un peu trop fibreuses. Pas de problème, paraît-il avec cette variété qui pousse lentement. J'y pense quand elles sont petites et qu'il faut éclaircir. Mais ensuite, je les laisse longtemps... sous prétexte qu'elles sont sous terre.

Je fais l'expérience du kale cette année.

J'aurai amplement le temps de vous parler de tout ça : le printemps est encore loin!

4 commentaires:

  1. Salut Ruth,
    Comme je disais, je n'ai pas encore commander mes semis et là de lire ta liste, je salive!
    C'est bien, je vais m'inspirer de ta commande, comme tu as essayé plusieurs variétés. J'aime beaucoup aussi la Société des plantes, petite entreprise conviviale.
    J'essaye aussi le kale cette année pour croquer et dévorer des yeux dans la plate-bande en façade!
    Bon début de jardinage!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien contente de te lire ici! WOW! Je suis allée voir le site ontarien dont tu parles dans ton entrée du jour et ça semble pas mal bien. C'est bien expliqué, bien présenté. J'aime que l'histoire des semences nous soit racontée, et j'aime la quantité de détails qu'on nous fournit. Avec la pluie de cette semaine, j'ai aperçu un petit coin de paille de mes buttes, mais aujourd'hui elles ont été recouvertes à nouveau. C'est pas grave : le printemps s'en vient!

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais pas commenté l'image de ton potager en buttes, mais je l'ai trouvé vraiment super. J'aime le concept de la paille qui est moins fastidieux et si écologique! J'envie ton espace! Je dois composer avec le peu de soleil pour faire pousser légumes et fines herbes. Bah! C'est déjà mieux que mon ancien balcon au centre-ville de Montréal avec son 3 pi x 10 pi à l'ombre de la ruelle!!!
    Je suis contente que tu aies aimé le site des Ontariens, je leur ai écrit pour leur dire que j'ai adoré leur façon de présenter les végétaux et ils étaient également heureux de savoir que j'avais apprécié le détail historique. J'avais hâte de partager ma découverte avec vous!

    RépondreSupprimer
  4. Pardon; je n'avais pas vu que tu avais laissé un message. Je vais modifier pour être avisée.

    Pour les buttes, l'hiver dernier, j'ai visionné les films sur les sites de Richard Walden (le Petit Colibri), ceux de Sepp Holzer et d'Émilia. Ce que j'ai aimé des buttes, entre autres, c'est la possibilité de multiplier les plants; c'est aussi qu'il n'y a pas trop de désherbage. Quand le temps a été mauvais le jardin n'a pas trop pâti!

    RépondreSupprimer