jeudi 18 mars 2010

L'écolieu : la ferme du Petit Colibri de Richard Wallner

Pas cet hiver, mais l'hiver d'avant, j'ai écouté plusieurs films - dans certains cas je les ai même écoutés en boucle - sur la permaculture, sur la culture en buttes sur sol sauvage. C'est comme ça que j'ai fait la connaissance de Richard Wallner et de sa ferme du Petit Colibri.

J'ai entendu Claude Bourguignon, dans un extrait de Alerte à Babylone et j'ai été littéralement estomaquée! Puis j'ai visionné à de multiples occasions le petit film en trois parties d'Émilia Hazelip, Culture de la terre en synergie, élaboré à partir de Masanobu Fukuoka et sa révolution du brin de paille.


J'ai commencé par un petit coin... bah, en fait, par un assez grand coin : le premier de mes deux potagers.


Ici, des fenouils et des carottes grandissent ensemble et produisent des légumes extraordinaires, sans maladie.


Ici, un des poivrons à mûrir. Les légumes ne touchent pas le sol : ils reposent sur la paille.

Dans les pluies torrentielles de l'été dernier, le froid, mon jardin a quand même prospéré; quand mes melons ont végété en raison du froid, je les ai couverts d'une épaisse couche de paille, ce qui nous a permis d'en récolter tout de même une bonne vingtaine - et donc de nous régaler de sorbets au melon tout l'hiver! J'ai eu des légumes comme je n'en ai jamais eus, je crois bien.

Pour cette année, les buttes du deuxième potager sont faites depuis l'automne. Les légumes attendent patiemment le bon moment pour être plantés ou semés.


 Pas de terre nouvelle, juste la terre qui est là. Qui sera recouverte de paille et qui commencera à s'amender...


Au fond du deuxième jardin, les bosquets de mûres, de cassis, de groseilles, de bleuets. Et derrière, dans un casier, les fraisiers. 

Je vais vous dire : je n'ai jamais eu de jardin aussi beau, je crois. Des fleurs à profusion, des herbes, et des légumes. Je vous en souhaite autant!


Sur cette photo, haricots et pommes de terre, oeillets d'Inde, camomille et soucis, feuillage vaporeux de fenouils, tiges de carottes et branches de bettes à carde. Tout est festin pour les yeux.

C'est Richard Wallner, il me semble mais je peux me tromper, qui dit qu'un seul hectare peut nourrir une trentaine de familles pendant une année. Ou bien c'est Sepp Holzer. Un seul. Sans intrants chimiques, sans pesticides, sans OGM. On peut nourrir la planète avec des lopins de terre; chacun de nous peut s'approcher d'une autonomie alimentaire - au moins périodique - sans faire de tort au monde qui nous entoure.

En titre je vous parlais de l'écolieu Au Petit Colibri. Je voudrais vous dire que Richard a besoin de notre aide, de notre soutien, de nos appuis. Le tribunal a fixé la clôture du dossier au 13 avril 2010. Pour ceux et celles qui sont en Europe, du côté des Charentes, Richard organise des stages de culture sur buttes, des visites de la ferme et des soirées vidéo. Pour l'avenir de la terre, pour l'avenir de nos enfants, pour une agriculture de dimension humaine, il vaut je le crois la peine de l'appuyer. Allez faire un tour sur les liens de cette page, vous m'en reparlerez.

4 commentaires:

  1. Je découvre un chouette blog, très agréable à parcourir. Merci !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup, les créas de Violette et Potiron. Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  3. Wow, Ruth, quel superbe jardin tu as! J'espère avoir autant de belles buttes un jour! Tu es dans quel coin?

    RépondreSupprimer