dimanche 11 avril 2010

Des pâtes à la Josiane et des chicons en salade

Un soir, pendant sa visite au Québec, Josiane nous a préparé des pâtes à sa manière. Et de temps à autre, je continue de les apprêter à sa façon. C'est bon, on peut les faire en un clin d'oeil!

Pendant la cuisson des pâtes, on coupe une tomate bien mûre en morceaux. On fait la même chose avec le fromage que l'on a, ici j'ai émietté du feta.

Quand les pâtes sont cuites, on les sert dans des assiettes, et puis on ajoute les tomates en morceaux, le fromage, des feuilles de basilic coupées aux ciseaux, un peu de piment d'Espelette, un filet d'huile d'olive.

J'oubliais : les feuilles de basilic, je les mets à congeler, en sac. Comme ça j'en ai à l'année!

C'est tout! Facile, n'est-ce pas?

J'aime bien manger du gazon, comme je disais dans le temps, quand je n'étais pas trop portée sur les salades. Celle-ci est toute facile à préparer.



Quatre endives, coupées en rondelles, un morceau de fromage (celui que l'on a), ici de la mozzarelle, et une pomme coupée en petits morceaux. Pour la vinaigrette : une cuiller à thé comble de moutarde de Dijon, le jus d'un demi-citron, 3 cuillers à table d'huile d'olive, une de vinaigre de vin blanc. Mélanger et laisser prendre goût pendant une dizaine de minutes - le temps que l'eau des pâtes de tout à l'heure cuisent.

Et ben, bon Zap! comme disait mon Coconote quand il était petit!

6 commentaires:

  1. Je salive en lisant et en plus c'est beau ! C'est certain on va essayer.

    RépondreSupprimer
  2. A delicious meal made more tempting by the photos. I'll certainly try it also.

    RépondreSupprimer
  3. T'as d'abord écrit CHICON avant ENDIVE !!! Faudra que tu m'explique ton histoire avec la Belgique, hein ?
    Miam miam ta recette

    RépondreSupprimer
  4. Ben la Belgique c'est une histoire d'amour pour moi. J'y ai des amis devenus très chers à mon coeur, et il y a tous ces paysages de Wallonie qui sont comme les paysages de mon Outaouais, une région qui m'enchante tellement que je me trouve dans la joie juste de l'évoquer. Quand j'ai été en Wallonie, c'était comme si je venais d'arriver chez moi. Les paysages de chez toi éveillaient chez moi le même bonheur que l'Outaouais. Je n'habite pas l'Outaouais mais j'en rêve encore.Et puis j'ai un ami qui m'envoie plein de photos de la Belgique. Tiens, demain j'en mettrai : ce sont des papillons qu'il a photographiés dernièrement au cours de ses promenades. En Outaouais les gens que j'aime sont enterrés; c'est la terre de mes racines, de mes ancêtres. En Belgique, les gens que j'aime sont vivants.

    RépondreSupprimer
  5. C'est chouette ce que tu dis. C'est vrai qu'il existe pas mal de lien entre chez toi et chez nous.

    RépondreSupprimer