mercredi 23 juin 2010

Chalybion californicum : une bibitte à vous glacer le sang!

J'aime pas les guêpes. J'ai déjà marché dans un nid il y a quarante ans de ça et je n'ai pas envie de m'approcher de ces choses. Pendant longtemps, il me suffisait d'entendre un dzzzzzzz pour aussitôt paniquer. Mais à force de vivre à la campagne, dans les dzzzzzzz de toutes sortes, j'ai fini par me calmer.  Y a pas de meilleur remède.

Quand j'étais enfant il y avait une sorte de guêpe spéciale que nous appelions des «crève-z'yeux». En cherchant sur le web pour ce mot, j'ai trouvé un site qui parle de libellules «crève yeux» qui, «l'été,  poursuivent, pour les dévorer, les petites mouches qui nous tournent autour de la tête. C'est pour cette raison qu'on les a surnommées» ainsi.

Pas de guêpes crève z'yeux donc. Au contraire des libellules qui ne nous piquent pas, les guêpes chalybion californicum, de la famille des insectes hyménoptères, ont paraît-il la piqûre la plus douloureuse de toutes les guêpes! Heureusement qu'elles ne sont pas très agressives de nature!

Ici, depuis quelques semaines déjà, il y a d'énormes travaux d'aqueduc. Les fossés sont ouverts, il y a de la machinerie géante, de la boue, toutes sortes de choses salissantes et des découvertes extraordinaires dont je vous parlerai peut-être un jour. Hier, après le départ des hommes de la construction, je suis allée voir un des trous géants creusés sur notre terrain. Au fond, des dizaines et des dizaines de guêpes «crève-z'yeux» qui ramassaient de la boue. Et autour de la maison, plusieurs ébauches de nids boueux. On aurait dit que chacun des nids était occupé par une seule guêpe.

J'ai trouvé ces photos sur Internet. Elles ne sont pas de moi, mais elles illustrent bien mon propos; elles proviennent du Guide d'identification d'insectes du Québec.



Après avoir enlevés les nids, l'homme de ma vie m'a raconté une chose étonnante. Dans chacun des petits tubes de boue argileuse séchée des nids, il y avait des araignées vivantes, mais qui ne bougeaient pas quand elles tombaient par terre.


Quand on détruit le nid, on trouve des araignées paralysées à l'intérieur d'un tube scellé dans lequel la guêpe a pondu - comme il est arrivé justement arrivé à la personne qui a pris la photo ci-dessus. Sa larve se nourrira des araignées vivantes mais paralysées jusqu'à ce que vienne pour elle le moment de défaire leur cocon et de sortir. Il arrive même que certaines guêpes ne se contentent pas de paralyser leur victime et lui coupent les pattes!

Si ces guêpes adultes se nourrissent de nectar de fleurs et peut-être de pollen, les larves se repaissent exclusivement des araignées que leur mère leur donne. C'est peut-être ce qui mettra un terme à l'invasion d'araignées à laquelle nous assistons depuis quelques années. Peut-être que leur rôle est de contrôler les populations d'araignées?


Source supplémentaire : http://animaldiversity.ummz.umich.edu/site/accounts/information/Chalybion_californicum.html

1 commentaire:

  1. Brrr... loin de moi ces petites bêtes mêmes si elles sont très utiles...

    RépondreSupprimer