vendredi 2 juillet 2010

Un petit repas de midi qui a du muscle, dirait Popeye qui n'y connaissait rien


Il y a de ça bien longtemps, quand j'ai goûté à des épinards pour la première fois, j'ai été... révulsée. Faut vous dire que j'avais acheté une boîte d'épinards qui n'en portaient que le nom. Le produit à l'intérieur était infect, une sorte de pâte brunâtre beurk! C'est effrayant de faire ça à des épinards! 

Heureusement que je ne me suis pas laissée décourager : chaque année, j'en fais pousser et j'en mets à congeler pour l'hiver (non, je ne blanchis pas avant). Je trouve toujours qu'ils montent trop vite en graines, mais ça c'est une autre histoire - et je fais des bettes à carde parce qu'elles remplacent avantageusement les épinards et montent moins vite en graines.

Pendant qu'il est temps, j'en mets dans les salades, j'en mange en accompagnement, crus la plupart du temps, mais il m'arrive aussi de les cuire.

L'été j'adore aller chercher mon repas au potager. Ce midi, nous avons mangé des pitas aux épinards. Vous voulez la recette?

Vous prenez autant de feuilles d'épinards que vous le souhaitez; trois ou quatre oignons verts, 150 g de feta.

Ce midi, donc, les épinards ont été cuits à la vapeur pendant une toute petite minute.



Après les avoir retirés et hachés à la mezzaluna sur une planche à découper, on les place dans un bol.



Avec les oignons verts que je coupe... aux ciseaux (comme ma grand-mère me l'a appris - pourquoi prendre un couteau quand il est si facile d'utiliser de bons ciseaux de cuisine?), j'émiette du feta. Et je mélange.


Il suffit de glisser la préparation dans les pochettes de pita. Un petit Brie avec ça n'a jamais fait de mal à personne. Vous m'en direz des nouvelles.


Et le dessert? Ben le dessert, il vient aussi du jardin.


L'homme de ma vie les aime dans le sirop d'érable, et moi je les préfère comme ça, nature. Remplies de soleil sucré!

Je sors de table et je suis déjà en train de me donner faim.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire