dimanche 27 février 2011

Une petite bavette à l'Espelette

Quand je fréquentais l'homme de ma vie, il y a pas mal de lustres déjà, nous allions souvent manger dans un restaurant sympathique de la rue Saint-Denis à Montréal, qui s'appelait Le salon des Cent, disparu depuis bien des années déjà. Nous aimions particulièrement la bavette à l'échalote qui fait partie de mes beaux souvenirs de gourmandise. (Vous en avez, vous, des souvenirs de gourmandise?)

Cette semaine j'ai eu envie d'une bavette inventée - il ne sert à rien d'essayer de copier ce qui est de toute manière déjà parfait dans mon souvenir. Alors je vous invite à essayer la bavette à la mijoteuse.

J'avais acheté une bavette de veau à la boucherie Colette et Michel Phaneuf où j'adore aller (question d'achat local, et parce que les animaux, veaux, bœufs et agneaux, sont respectés, aimés, bien nourris, sans OGM, sans cochonneries).


J'ai fait sauter à la poële un oignon de belle taille.


Pendant qu'il prenait couleur, j'ai mis dans un bol deux cuillers à soupe d'huile de pépins de raisin, avec une grosse pincée de thym, et d'origan, une demi-cuiller à thé de piment d'Espelette. J'en ai généreusement badigeonné la bavette, que j'ai posée au fond de la mijoteuse.


Après quoi, j'ai versé les oignons sur la pièce de viande.



J'ai ensuite préparé un bouillon de légumes bien concentré - j'utilise le bouillon bio Harvest Sun qui reste mon préféré après maints essais. Un demi bloc pour une demi-tasse d'eau bouillante (alors que normalement un bloc convient à deux tasses).



J'ai versé le bouillon au fond de la mijoteuse et refermé le couvercle. J'ai d'abord mis la température à élevée, durant deux heures. Puis j'ai ramené le feu à doux pendant tout l'après-midi.



Vers sept heures le soir, j'ai examiné la tendreté! Oh! mioum!


Finalement, j'ai découpé la bavette en rondelles, puis versé les oignons et le liquide de cuisson dans une poële. Puis j'ai ajouté au liquide une cuiller à soupe comble de farine (bio aussi, on ne se refait pas) prémélangée à une cuiller à soupe d'eau très chaude dans un petit bol. Une fois la pâte bien lisse, je l'ai versée sur le liquide de cuisson et mis le feu fort pendant une petite minute, jusqu'à ce que la sauce soit suffisamment épaisse.




J'ai préparé des pommes de terre en purée, dressé les assiettes, et versé la sauce à laquelle le piment d'Espelette donne une teinte rougeâtre...

Je pense que je ferais encore de la gourmandise. En tout cas, je me prépare d'autres souvenirs de gourmandise.

1 commentaire:

  1. Ma bouche arrose a la pensee de ses saveurs. Oh, I hope I said that correctly, Ruth. I often use the slow cooker and this is a recipe that I will prepare -- perhaps one day this week. Thank you for sharing. Bonne Journee!

    RépondreSupprimer